chuanghsini

matérialité du souvenir - L'être de l'absence

« Giv(r)e » : exposition en duo Chuang Hsin-I et Gulen Kiuko

Deux artistes taiwanais installés à Paris exposent à Taipei
撰文 Texte  |  Laurence Marcout                                       Le 19 décembre 2014
 

Chuang Hsin-I [莊馨怡] et Gulen Kiuko [古睖久古], deux jeunes artistes vivant à Paris depuis 2008, sont temporairement de retour à Taiwan pour une exposition en duo à la galerie Nanhai, à Taipei. Ils y explorent leurs thèmes de prédilection, la matérialité du souvenir, l’empreinte et la disparition.
 
L’harmonie est totale entre le travail de la première et du second. Chuang Hsin-i a installé ici des œuvres d’une fragile discrétion, à coups d’empreintes de doigt sur des pétales de cire blanche et de dessins au pollen sur les vitres de la galerie. Une de ses œuvres accentue encore cette recherche de l’éphémère : un vieux parquet dont les fissures ont été bouchées là encore avec du pollen, lequel disparaît sous les pas des visiteurs pour être transporté au loin, sans doute.
 
Originaire de Hualien et revendiquant son identité aborigène Amis, Gulen Kiuko travaille lui aussi sur le caractère ténu des choses : il a par exemple installé dans la galerie Nanhai des tas de feuilles mortes sur lesquels s’élèvent des mines de carbone reliées entre elles par un cheveu, lui-même supportant un microscopique nœud en fil d’argent. Une autre série d’œuvres documente en quelque sorte la disparition d’une feuille pourtant collée sur un herbier et qui ne laisse plus qu’une ombre sur le papier.
 
Tous deux diplômés de l’Université nationale des arts de Taiwan (NTUA), à Banqiao, ils poursuivent en France des études supérieures, Chuang Hsin-i s’apprêtant à soutenir sa thèse de doctorat en esthétique à Paris 8, tandis que Gulen Kiuko consacre ses recherches au thème de l’identité.
 
Partenaires dans la vie, ils exposent souvent ensemble comme au printemps dernier à la galerie Frédéric Moisan, à Paris, ou encore cet été à la Maison Laurentine, où c’était d’ailleurs leur deuxième passage après une autre exposition collective en 2011. 
 
L’exposition est visible jusqu’au 28 décembre. 



 
 
兩位旅法台灣藝術家於台北展出
撰文  |  Laurence Marcout
2014, 12, 19


莊馨怡與古睖久古,這二位自2008年起就長年旅居巴黎的年輕藝術家,藉由此次返回臺灣的機會,在台北(國北教大)南海藝廊共同發表雙人聯展。展呈的六件作品中,二位藝術家分別從自身創作脈絡裡,提出回憶的物質性、痕跡與消逝,這些長久以來關注的方向。
 
二位藝術家在彼此的作品之間對話著,並在展場中體現出一種完全融洽的感受。莊馨怡在此展出的數件裝置作品裡,皆描繪出一種脆弱感,並有著不易察覺的細膩。藝術家用自己的手指,輕觸了融化的白蠟表面後,以指紋成形,如同白蠟在空氣中所凝結出的瓣狀片痕,與此並置,在南海藝廊展廳的落地玻璃牆面上,透過沾黏花粉的指腹壓印於玻璃的過程,在展廳一角描繪以指紋為單元的花粉風景。另一件裝置作品,則更強調對於「消逝」這一感知現象的研討:藝術家刻意鋪展老舊檜木地板,展現經由時間風化後的大小不一的裂隙,並再度使用花粉封填整平所有裂隙,可以猜想,這些花粉將不經察覺地被傳播他方,消逝在觀者步伐來回踩踏的過程裡。
 
來自花蓮,源著原住民阿美族血統的的藝術家古睖久古,作品同樣關注「物」的細微特質:例如,在其中一件展呈的作品中,藝術家在南海藝廊展場豎立一座矮牆,在其上堆砌許多連綿相接的落葉堆,複雜細緻地建構一條懸跨過二根自動筆心的髮絲,其實還繫著微細近乎不可見的銀質小結,每個葉堆撐起的是幾近微觀的世界。另一系列以文件作品形式展呈,透過醫用膠帶留下的落葉殘屑,揭示落葉本體的不在,提出消逝感知的某種質地,徒留在紙張詩意的影塊。
 
分別在台北藝術大學(馨怡)、台灣藝術大學(古睖)取得碩士文憑後,兩位藝術家皆前往法國繼續深造。藝術家莊馨怡現在在巴黎第八大學攻讀美學之博士學位,而古睖久古則是在巴黎第三大學博士班中,研究身份認同的主題。因著生活步伐相近,二位藝術家作品經常被共同邀展,例如今年春天受邀於巴黎的菲德力克摩容畫廊(Galerie Frédéric Moisan),各自展出數件裝置作品; 亦或今年夏天二人皆受邀于法國洛宏汀藝術中心展出,值得一提的是,這是繼2011年參與藝術中心的聯展(D’abord les forêts Opus 2),第二次再度受邀展出。
 
此展覽將展出至1228日止。



出處:臺法交流期刊《 臺灣今日 》

原法文網址  http://taiwaninfo.nat.gov.tw/ct.asp?xItem=225391&CtNode=2006

展覽官網 至霜後 - 從手,無聲,消逝 | http://www.givre.paralogie.com


DM(莊馨怡_古踜久古 聯展)

« C(air)n » : exposition collective de jeunes artistes taïwanais à Paris

À partir du 30 avril, la Galerie Frédéric Moisan présente « C(air)n – la pensée-sensation du hasard », une exposition-installation collective de quatre artistes créateurs taïwanais, Gulen Kiuko, Sapud Kacaw, Chuang Hsin-I et Chiang Kai-Chun.

« C(air)n – la pensée-sensation du hasard » a été conçue par l’artiste et commissaire d’exposition Gulen Kiuko qui réside en France. S’inspirant des mythes et légendes des aborigènes taïwanais, les quatre artistes expriment par des photos, dessins et installations diverses, dans une parfaite maîtrise du corps, des équilibres subtils, des matériaux et des objets d’ambiance, la sémiologie de leurs pensées-sensations.
Pour Gulen Kiuko, les œuvres présentées s’inscrivent dans une relation fondamentale et indéfectible avec la Nature ; elles fixent, dans des langages artistiques propres à chacun des quatre artistes, toutes sortes de traces que la vie laisse derrière elle. Qu’elles soient installations spatiales tridimensionnelles, dessins ou photos bidimensionnels, elles invitent le visiteur à un mouvement réflexif sur ses sensations et pensées personnelles, mais aussi, dans le flux ininterrompu de la conscience perceptive, à une lecture progressive du paysage éphémère qu’offre l’exposition.
« C(air)n – la pensée-sensation du hasard » est l’un des volets d’une série d’expositions programmée par le Centre culturel de Taïwan à Paris afin d’illustrer la créativité foisonnante de l’art contemporain taïwanais. L’objectif est de procurer à de jeunes artistes concepteurs d’expositions une occasion de s’exprimer et, par la diversité des approches, de permettre au public européen de mieux connaître l’art taïwanais contemporain.
La Galerie Frédéric Moisan, située à Paris dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés très riche en galeries d’art, s’est acquis une solide notoriété, notamment par sa participation active à de grandes expositions internationales telles que Art Paris ou encore Drawing Now. Elle est en outre un partenaire de longue date de la Maison des Cultures du Monde. C’est à l’occasion de la participation du Centre culturel de Taïwan au Festival de l’Imaginaire de la Maison des Cultures du Monde en 2009 qu’ont été établis les premiers contacts avec la Galerie Frédéric Moisan. Depuis lors, la tenue de plusieurs expositions a contribué à renforcer fortement les liens entre le Centre culturel de Taïwan et la Galerie Frédéric Moisan.

http://www.ccacctp.org/fr/activite/actualite/files/d9469cbe94b88a529c2ec95d7b4bc981-118.html


台灣青年策展系列計畫在巴黎推出台灣藝術家聯展

4
30日起,巴黎Frédéric Moisan畫廊即將推出【石冢(空氣)-偶然的感受-思維】-台灣藝術家聯展,
古睖
˙久古、
撒部
˙噶照、
莊馨怡
江凱群
四位藝術家應邀展出創作。


【石冢(空氣)-偶然的感受-思維】由旅法藝術家暨策展人古睖˙久古策展,內容以台灣原住民神話為出發,透過攝影、素描及裝置,呈現四位藝術家對身體、微調、素材與氛圍物件的掌握,以及他們的「跡象化」思維感受。
古睖˙久古表示,參展的四位藝術家在作品的質地上,都和大自然有密不可分的關係,並且運用自己的藝術語彙來紀錄生命旅途中的種種痕跡。展出的作品不論是空間裝置、平面繪畫或攝影輸出,都是希望觀者在參觀展覽的過程中,能夠同時觀照到自身的思維與感受,並在其知覺的綿延中,緩緩地閱覽那轉瞬的風景。
此展是文化部駐巴黎台灣文化中心為持續突顯台灣當代藝術的多元蓬勃能量,所規劃的系列展覽之一。這項計畫的旨意在提供青年策展人的發聲機會,讓他們以多重觀點,加深與擴展歐洲對台灣當代藝術的認識與視野。
位於巴黎畫廊薈萃的聖傑曼區的Frédéric Moisan畫廊係家已經樹立相當口碑、發展潛力看好的年輕畫廊,也是Art ParisDrawing Now等重要國際博覽會的參展畫廊之一,與法國世界文化館有長期合作關係。台灣文化中心自2009年參與世界文化館主辦的「想像藝術節」首度與其合作以來,雙方已於接續的展出中建立良好互動關係。

http://www.ccacctp.org/ch/activites/actualites/files/ff71b791114ce63d7ca2f364e3d45ad9-146.html

Quatre artistes taïwanais exposent à Paris

Quatre artistes taïwanais exposent à Paris
Mardi 22 avril 2014


A partir du 30 avril et jusqu’au 17 mai, la Galerie Frédéric Moisan, à Paris, en France, présente « C(air)n – la pensée-sensation du hasard », une exposition collective de quatre artistes taïwanais qui s’inspirent des mythes et légendes des aborigènes formosans.
------
Dans cette exposition, Gulen Kiuko, Sapud Kacaw, Chuang Hsin-i [莊馨怡] et Chiang Kai-chun [江凱群] expriment par des photos, dessins et installations diverses leurs pensées et sensations, lesquelles s’inscrivent dans une relation indéfectible avec la nature. Les œuvres présentées, explique Gulen Kiuko – artiste qui réside en France et est également le commissaire de l’exposition –, fixent, dans des langages propres à chacun des quatre artistes, toutes sortes de traces laissées par la vie. Le visiteur est ainsi invité à un mouvement réflexif sur ses sensations et pensées personnelles.
« C(air)n – la pensée-sensation du hasard » est l’un des volets d’une série d’expositions programmée par le Centre culturel de Taiwan à Paris afin d’illustrer la créativité foisonnante de l’art contemporain taïwanais. L’objectif est de procurer à de jeunes artistes une occasion de s’exprimer et, par la diversité des approches, de permettre au public européen de mieux connaître l’art taïwanais contemporain.
La Galerie Frédéric Moisan, située dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés, est un partenaire de longue date de la Maison des cultures du monde, avec laquelle le Centre culturel de Taiwan à Paris collabore également. Elle a déjà accueilli plusieurs expositions d’artistes taïwanais.

http://taiwaninfo.nat.gov.tw/ct.asp?xItem=216621&CtNode=2006

rapportage : l'exposition C(AIR)N

Un rapportage de l'exposition C(AIR)N interviewé par le média français. 法國媒體報導展覽C(AIR)N.

Un rapportage de l'exposition C(AIR)N sur le média français

exposition: C(AIR)N - la pensée_sensation du hasard


expo_c(air)n

Exposition C(air)n - la pensée-sensation du hasard
石冢(空氣) - 偶然的感受-思維

Le 30 avril au 17 mai 2014

CHIANG Kai-Chun
江凱群
CHUANG Hsin-I
莊馨怡
GULEN Kiuko
古睖久古(林友達)
SAPUD kacaw
撒部噶照

Galerie Frédéric Moisan
72 rue Mazarine 75006 Paris │ métro: Odéon
http://galerie-fmoisan.fr/expo.php?&id_expo=77

Plus d'information en ligne

Read More...

Résonance et retentissement de trajectoire temporelle – objet mnésique


Lire les œuvres de Chuang Hsin-I, c'est comme se livrer à une déambulation phénoménologique.
La frivolité du vocabulaire des matériaux ne doit pas cacher la force de la résonnance et du
retentissement de la trajectoire temporelle. L'installation spatiale est comme une immense tour
temporelle; le processus créatif est comme un voyage du souvenir. L'artiste isole parmi les attributs
physiques de la matière l'insoutenable légèreté et, en écrivant comme pour un journal intime,
elle utilise la qualité spécifique de l'espace pour y enfermer le temps irrévocable.
La "matérialité du souvenir" constitue le sujet de prédilection des œuvres de Chuang Hsin-I,
comme si l'expression muette de la matière était susceptible de porter le flot incessant des sentiments
intimes de l'artiste. Le souvenir se mue en matière et la matière convoque le souvenir.
Dans les souvenirs, nous ne trouvons ni accumulation chaotique de sens ni finalité.
Certains ne sont rien d'autre que la perception immédiate de personnes, d'événements,
de choses du passé. Dans les installations de Chuang Hsin-I, ce que permettent les objets
de mémoire, c'est la compréhension et le souci de l'évanescence.

Commissaire de l'exposition C(AIR)N - la pensée-sensation du hasard
GULEN KIUKO

http://www.cairn.paralogie.com/page8/page3/index.html

The Poem Lignified: An Interview with Two Artists



Le poème lignifié / The Poem Lignified:
An Interview with Two Artists Chuang Hsin-I et Lin Yu-Ta


At the art exhibition " Le poème lignifié," Amis artist Lin Yu-Ta talks about his piece "Schema," his obsession with objects and tactility, and how he considers malls before 10 am as the greatest archeological site ever. Following the discussion of materiality, Taiwanese artist Chuang Hsin-I explains her concept of "Materiality of Memory," which has been the nexus of her art over the years. In addition, she shares with us a touching story concerning a postcard and the death of a relative and how this experience influenced her work later on... (Written by : Julia Chien)





L'Interview de Chuang Hsin-I



Le poème lignifié / L’interview avec CHUANG Hsin-I

par Julia Chien publié au
magazine ERENLAI en 2012


Interview de HSIN-I CHUANG sur La matérialité du souvenir







exposition: 木質的詩 Le Poème lignifié



螢幕快照 2012-07-18 上午12.59.19




Exposition
木質的詩 Le Pome lignifié
2012, 07,12- 22

artistes

莊馨怡 Chuang Hsin-I
林友達 Lin Yu-Ta


地點/南海藝廊
à la Galérie Nanhai à Taipei,
Taïwan

Site Web : http://www.poeme.paralogie.com/


一種藏起來的文體。

每年的書寫收藏了上一年的記憶 而此記憶漸漸的變成自己的質地,而比某種謎樣事實還不可思議。
用一片片的脆弱圈圍出來的堅韌,在乾裂的樹皮中緩慢地紀錄著 周遭的變化(語言的木質化)
透過一種書寫在自己身上的方式在生活著,悄悄地傳遞著一種內在的獨白(生命的養分)

Une écriture dissimulée

Des écrits empreints annuellement à chaque page de la mémoire au cours de l'année précédant.
Et cette mémoire est peu à peu devenue notre attitude à adopter, maistellement étrange quʼun fait énigmatique. Comme une forte résistance incarnée par un état de fragilité extrême ( ni plus ni moins que le fragment de cerne annuel), qui marque lentement les changements environnementaux dans un arbre à lʼécorce fissurée. ( étant aussi bien de la hantise de la « lignification du langage ») Une façon de s'écrire à soi-même et sur soi-même se lance secrètement dans un monologue intérieur ( étant donné un substance), pour que lʼon puisse y survivre.

----------------









exposition 展訊:自然與森林藝術節

台灣藝術家7/3起參加法國「自然與森林藝術節」
2011.06.29


       
臺灣多位藝術家獲邀參加法國「自然與森林藝術節」!其中包括來自屏東三地門的原住民藝術家尼誕‧達給伐歷(Daki)以及磊勒丹‧巴瓦瓦隆。「自然與森林藝術節」將於73日起在法國香檳酒區的藝術中心【洛宏汀之家】舉辦,每年為期三個月,策展主軸探討藝術和自然、森林及土地的關係,以及人類從自然所能開發的創作能量出發,同時致力於促進連結在地城鄉的發展資源,讓藝術實質介入主辦單位附近的四十餘個社區。  藝術節以開放輕鬆的舉辦形式,透過散置於穀倉、教堂、公園、舊時洗衣坊、農舍中庭、小村廣場,甚至田野等各種公、私領域的百餘件藝術品暨表演活動,來連接藝術家和當地居民的關係;受邀的120位藝術家中有50位來自世界各大洲,涵蓋視覺、表演、音樂、電影、多媒體等多元創作領域,讓民眾各投其好,在自然而且橫跨整個夏日的愉悅氛圍中,參加這些戶外藝文活動。為了加強藝術家與在地的連結,許多藝術家的作品係應邀在藝術節舉辦期間駐地創作,部份藝術家例如臺灣的尼誕.達給伐歷已於五月底抵法駐村,應邀跟在地法國藝術家聯合創作,體現充分的交流切磋。
        除了前述兩位臺灣原住民藝術家,此番受邀的臺灣藝術家還包括林友達、莊馨怡,以及即將在九月閉幕式中推出行動表演【活體劇場】的劉彥宏等表演藝術家。引介臺灣藝術家參與本藝術節活動的旅德策展人暨藝術家李怡衛,以及臺大城鄉所教授康旻杰,亦同時應邀參加藝術節的開幕座談。文建會駐巴黎臺灣文化中心主任陳志誠表示,文建會跟巴黎西帖藝術村、法國尼斯Villa Arson藝術中心、荷蘭皇家國際藝術村等著名藝術中心都已有長期合作關係;【洛宏汀之家】的創辦人Bongiovanni係法國最早致力促進數位及影音藝術創作的先驅之ㄧ,他所領導的藝術中心之駐村條件與策展能力俱佳,因此雙方正在洽談進一步的雙向合作計畫,以利拓展臺灣藝術家與歐洲地區的藝術交流,同時也活絡臺灣的藝文發展環境。有關本藝術節的詳細資訊,請查閱:http://www.laurentine.net/


新聞聯絡人:文建會第三處  黃意芝 電話:02-2343-4163 | 文建會媒體公關組 李皇萱 電話:02-2343-4053 / 0988588536
新聞來源:http://www.cca.gov.tw/artnews.do?method=findById&id=1222852533152 (行政院文化建設委員會)




exposition: D'abord les forêts-opus2

Taïwan au Festival D’abord les forêts…/ opus 2
Du 3 juillet au 25 septembre 2011
Divers lieux dans la région Champagne-Ardenne

Programmation complète: http://www.laurentine.net/evenement-19/2011-d-abord-les-forets-opus-2/
Dans le cadre de sa programmations « D’abord les forêts…/opus 2 », la Maison Laurentine s’apprête à accueillir à Aubepierre-sur-Aube, situé dans le futur Parc National des Forêts de Feuillus en Plaineentre Champagne et Bourgogne, une centaine d’artistes de 19 pays. D’étonnantes rencontres et collaborations sont prévues, notamment avec la présence importante d’artistes taïwanais, dont Nitjan Takivalit, Reretan Pavavaljung tous deux d’origine de la tribu de Paiwan et invités en résidence, et Lin Yu-Ta, Chuang Hsin-I, qui font également des créations in situ. Une performance Théâter in vivo : Rencontre avec l’art contemporain y sera également présenté par le Centre Culturel de Taïwan à Paris, au moment de la clôture du festival, prévu le soir du 24 septembre.

Artiste et lieu de présentation d’oeuvres :

Lin Yu-Ta, Parcelle N.2079, installation plastique/ Parc de la Maison Laurentine
Aubepierre-sur-Aube

Chuang Hsin-I, Perchoir écho, installation plastique/ Lavoir dans le village
Aubepierre-sur-Aube

NitjanTakivalit, Sculpture Métal/ Maison de Michel Boussard
Marmesse

Reretan Pavavaljung, installation Land-Art/ Abbaye de Longuay
Aubepierre-sur-Aube


Performances :Theater in vivo : Rencontre avec l’art contemporain
Le samedi 24 septembre à 18h
Abbaye de Longuay
52210 Aubepierre sur Aube

Conçu par le Centre Culturel de Taïwan à Paris et réunissant des artistes franco-taïwanais,Theater in vivo a pour ambition, par des performances où s’exprime la riche complexité du jeu des corps et par des questionnements qui permettent d’approfondir la réflexion sur le devenir contemporain de l’art, d’élaborer, en réponse à la banalisation et à la superficialité envahissante des images multimédias, un langage original qui se fonde sur la dynamique du corps en mouvement.

source: http://www.opusmang.com/forums/index.php?topic=254.msg962#msg962

exposition: Le Mai Qui Te Plaît. (2)

chuang hsin-i_Lmqtp


Le Mai Qui Te Plaît...
du 20 mai au 16 juillet 2011
Déambulations artistiques les 28 et 29 mai

Le Mai Qui Te Plaît... (LMQTP)
Avec
Gwenola Wagon & Stéphane Degoutin,
Christine Melchiors,
Anne-Marie Cornu,
Tom Johnson,
Anne Sèdes,
Hsin-I Chuang
et l'Atelier "Territoire et médias localisés" de l'Université Paris 8.

Synesthésie n'a cessé de développer des activités hors-les-murs en parallèle à sa programmation au 15 rue Denfert Rochereau et a amorcé l'aventure de l'art dans l'espace public afin d'aller plus directement à la rencontre des publics, et d'expérimenter l'in-situ. Ces modalités permettent d'explorer au plus juste les questions qui occupent l'association depuis sa création : le réseau, les usages des espaces publics et des équipements, les mutations urbaines, la révolution technologique dans toutes les strates de notre société, les nouveaux medias artistiques... etc.

Le Mai Qui Te Plaît... (LMQTP) est pour la deuxième année une invitation lancée par Synesthésie à des artistes de différents horizons, explorant de multiples formes et supports ( volumes, sculptures, installations interactives, sonores, applications géolocalisées, sites web...).

En Mai, Synesthésie s'ouvre à un nouveau plan d'occupation des sols, des volumes, à une programmation collective inédite.
Les artistes ont été invités à proposer soit des œuvres créées in-situ avec la liberté d'occuper des endroits hors-les-murs, soit des œuvres re-situées.

Des déambulations artistiques sont organisées les 28 et 29 mai, créant des parcours éphémères avec des artistes et lieux artistiques du territoire.

Synesthésie - 15, rue Denfert-Rochereau - 93200 - Saint-Denis
Exhibition of Contemporary Art / Producer and director Vic Kirilove / For "Journal-de-Boörd"

source: http://www.youtube.com/watch?v=yJUbcJF2LCg

exposition: Le Mai Qui Te Plaît. (1)


Le Mai Qui Te Plaît... (LMQTP)
Avec
Gwenola Wagon & Stéphane Degoutin, Christine Melchiors, Anne-Marie Cornu, Tom Johnson, Anne Sèdes, Hsin-I Chuang et l'Atelier "Territoire et médias localisés" de l'Université Paris 8.

Synesthésie n’a cessé de développer des activités hors-les-murs en parallèle à sa programmation au 15 rue Denfert Rochereau. Le lieu d'art a amorcé l’aventure de l’art dans l’espace public afin d’aller plus directement à la rencontre des autres, et d’expérimenter l’in-situ. Ces modalités permettent d’explorer au plus juste les questions qui occupent l’association depuis sa création : le réseau, les usages des espaces publics et des équipements, les mutations urbaines, la révolution technologique dans toutes les strates de notre société, les nouveaux medias artistiques… etc.

Le Mai Qui Te Plaît... (LMQTP) est pour la deuxième année une invitation lancée à des artistes de différents horizons, explorant de multiples formes et supports ( volumes, sculptures, installations interactives, sonores, applications géolocalisées, sites web...).

En Mai, Synesthésie s’ouvre à un nouveau plan d’occupation des sols, des volumes, à une programmation collective inédite.
Les artistes ont été invités à proposer soit des œuvres créées in-situ avec la liberté d’occuper des endroits hors-les-murs, soit des œuvres re-situées.

Gwenola Wagon et Stéphane Degoutin ont développé ensemble le projet artistique
Cyborgs dans la brume qui croise et met en oeuvre des créations «site specifique» géolocalisées avec un travail de documentation et d’écriture vidéo. Ce travail a été développé pendant une résidence qui a eu lieu en 2010 - 2011 grâce au soutien du Bureau des Arts Visuels du Conseil général de la Seine Saint-Denis.

Anne-Marie Cornu présente
Tala, tout à la fois table de travail et instrument étrange qui donne à voir des parcours de lumière et à entendre des sons, principalement ceux de la partition musicale de Tom Johnson Hexagons.

Les
Networks de Tom Johnson sont des partitions musicales écrites à partir de combinatoires mathématiques.

Les
Jardins suspendus de Christine Melchiors suscitent à la fois une réflexion sur le paysage et sur le rôle de l’espace de liberté des “Jardins ouvriers”.

Les
Binauralités d'Anne Sèdes nous invitent à tirer parti d’une interface physique et d’une composition interactive basée sur des sons binauraux diffusés au casque.

Hsin-I Chuang a installé une Maison cireuse sur le toît de l'Espace Synesthésie. À partir de cet élément et à travers l’utilisation de trois documents (photographie, texte et cartes postales), l’artiste s’interroge sur les possibles paysages du lieu d’exposition.

Enfin, lors du workshop "Territoire et médias localisés" mené par Gwenola Wagon, des oeuvres in situ ont été réalisées par des étudiants en arts plastiques de Paris 8.

Des déambulations artistiques sont organisées les 28 et 29 mai, créant des parcours éphémères avec des artistes et lieux artistiques du territoire.


Programme des événements

Tous les jours :
Cyborg dans la brume est un dispositif audio géolocalisé pour terminaux mobiles (qu'on peut emprunter à Synesthésie)



source :http://www.synesthesie.com/dossier.php?idSection=1724&idFolder=1726&idSub=2057